E‐réputation

Téléphonie, ordinateurs, comptes liés et synchronisés : que peut-on savoir des individus aujourd’hui ?

Naviguer sur le Web, avoir accès aux réseaux sociaux, utiliser des applications…notre navigation quotidienne laisse des traces. En croisant ces données, il est possible d’établir un profil très précis de l’internaute.

Quelles sont ces informations et que révèlent-elles de notre vie privée ? Où vont-elles ? A quoi servent-elles ?

Sur internet, chacune de nos actions crée une multitude de données

 

Les lieux et les traces

De nombreuses données se retrouvent dans l’historique les moteurs de recherche, les cookies (ces bouts de programmes qui tracent la navigation), l’activité sur les réseaux sociaux (les « Likes », statuts, relations, musique écoutée, contenu partagé et les métadonnées contenues dans les photos renseignant sur les déplacements) et nul besoin d’ouvrir les e-mails d’une boite mail pour définir le profil de son propriétaire.

L’internaute peut aussi être suivi géographiquement grâce à l’outil de géolocalisation. Associé à Google Map, Google peut tout connaître des déplacement et des habitudes de celui qui porte le smartphone.

Au téléchargement d’applications, il est souvent demandé de les synchroniser avec le téléphone. Une simple application « lampe » peut accéder à la position géographique du porteur, ou bien scanner et partager les e-mails et les contacts.

La voix est aussi une donnée personnelle et les assistants vocaux, de plus en plus répandus sont eux aussi sujet à la collecte des données.

Un profil précis naît du croisement des données

Croiser les données d’une seule source peut nous apprendre beaucoup sur le profil d’un utilisateur. Les métadonnées des e-mails suffisent à indiquer le sexe, l’âge, les centres d’intérêt, les habitudes de vie, les personnes contactées le plus souvent… Idem sur Facebook qui peut détecter la charge émotionnelle de nos messages et en déduire les types de relation entretenues.

Croiser maintenant ne serait-ce que trois jeux de données. Par exemple, la géolocalisation, les métadonnées des mails et les recherches internet. L’analyse de l’internaute devient extrêmement fine : les habitudes de consommation, le lien entretenu entre les personnes contactées, les opinions politiques, les croyances religieuses, l’état de santé, l’orientation sexuelle, l’origine ethnique, les données bancaires, le casier judiciaire… Pour donner un petit aperçu, L’University of Cambridge a mis au point un outil qui croise les données de Facebook, Twitter et Linkedin et qui propose un profil psychologique en suivant.

Bien que les enjeux de la collecte de données soient connus depuis plusieurs années, peu d’internaute en ont vraiment conscience. Cette vidéo, publiée en 2015, illustre bien les problématiques :

Quand Facebook a racheté Whatsapp, Instagram et Messenger, et que son propriétaire Mark Zuckerberg dit vouloir les fusionner, des inquiétudes se sont levées. Ces applications de messagerie totalisent 2,6 milliards d’utilisateurs et donneraient lieu à une seule base de données d’utilisateurs. Cela représente une quantité de données colossale à croiser pour mieux connaître les utilisateurs.

Pour les entreprises, capter les données pour mieux agir sur l’internaute… mais pas toujours pour son bien

 

L’expérience utilisateur

Capter et analyser les données sert d’abord à rendre l’expérience utilisateur plus simple et tend à simplifier les tâches quotidiennes. Plus de perte de temps, les informations données sur les moteurs de recherches de Google ou le fil d’actualité de facebook sont ciblées et adaptées à l’utilisateur. 

Cela sert aussi à garantir une “expérience personnalisée” de plus en plus fine. Avoir accès aux données des utilisateurs permet aux entreprises de proposer des produits et contenus les plus adaptés et par là, des services publicitaires plus efficaces. 80% des internautes favorisent les entreprises qui proposent des services hyper-personnalisés

Mépris de la vie privée et discrimination : quand le croisement des données met en jeux les libertés individuelles

Qui dit données ciblées, dit données filtrées. Pour une recherche, tout un pan d’information risque d’être mis de côté si l’algorithme estime qu’elles ne sont pas conformes au profil de l’internaute. Les données ciblées tendent à enfermer les internautes dans leurs goûts, leurs connaissances et leurs habitudes.

Cela pose également la question de l’intrusion dans l’intimité. Difficile de précisément savoir où vont toutes ces données et quelles utilisations en sont faites. Les champs d’application sont vastes et celles-ci se vendent et s’échangent de façon opaque à des sociétés commerciales (banque, assureurs, téléphonie), mais aussi à des sociétés inconnues.

Le New York Times a découvert que Facebook a donné accès aux données des utilisateurs à plus de 150 entreprises parmi lesquelles Apple, Netflix, Spotify, Amazon ou Yahoo!. Ces données ont-elles pu être utilisées à d’autres fins, comme avec le scandale du Cambridge Analytica ?

Demain, le “Data Hub” prévoit de centraliser toutes les données numériques. Que penser de cette centralisation ? La puissance de calcul de l’intelligence artificielle va démultiplier les relations entre les données. Un crédit bancaire ou une opération médicale pourraient-ils être refusés à cause de ces données ? Peut-on voir se généraliser un “crédit social” basé sur le croisement des données comme celui en cours en Chine ?

 

Conclusion

Aujourd’hui, il devient essentiel de prendre conscience de l’immensité des traces laissées sur internet et de ce que ça dit de leur propriétaire pour anticiper sur les éventuelles utilisations futures.

Mais pas de panique, de nombreux outils sont disponibles pour les reprendre la main. Il est possible de paramétrer ses comptes, de surfer anonymement (navigation privée ou VPN), de supprimer les cookies de tiers (avec des outils de nettoyage), d’utiliser des extensions/add-ons de protection de la vie privée (HTTPS Everywhere ou Privacy Badger) ou de privatiser ses recherches (à l’aide d’un moteur de recherche comme DuckDuckGo par exemple).

 

Télécharger au format PDF

Sources :

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-internet/20140830.RUE5372/grace-a-vos-donnees-on-peut-tout-savoir-de-vous-voyez-par-vous-meme.html

http://www.mediation-numerique.fr/files/pdf/isc-donnees1217-bdef.pdf

https://www.consoglobe.com/metadonnees-surveillance-cg

https://blog.planethoster.com/assistants-vocal/

https://www.journaldugeek.com/2018/09/27/jai-vendu-vie-de-utilisateurs-cofondateur-de-whatsapp-tacle-facebook/

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-internet/20140830.RUE5372/grace-a-vos-donnees-on-peut-tout-savoir-de-vous-voyez-par-vous-meme.html

http://www.mediation-numerique.fr/files/pdf/isc-donnees1217-bdef.pdf

https://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/big-data/0600458367225-nos-donnees-peuvent-elles-servir-l-interet-general-326260.php

https://www.e-marketing.fr/Thematique/data-1091/Breves/-MarketingDay19-La-data-science-ce-n-est-pas-une-fin-en-soi–343597.htm

https://www.iprotego.com/e-reputation/risque-geolocalisation-vie-privee-agence-iprotego

https://www.legisocial.fr/actualites-sociales/2742-protection-donnees-personnelles-cadre-geolocalisation-vehicules.html

https://www.preventica.com/actu-chronique-geolocalisation-salaries-cnil-juges.php

https://www.consoglobe.com/metadonnees-surveillance-cg/2

http://www.slate.fr/story/109791/test-google-donnees-confidentialite

Menu Principal